Si cet email ne s’affiche pas correctement, vous pouvez le visualiser grâce à ce lien
aquarium de la guadeloupe
Extension aquarium

Les extensions de l’Aquarium : c’est parti !

Grace au concours financier de la Région Guadeloupe et du FEDER, les travaux d’extension de l’Aquarium débutent en ce début de l’année 2013.
La première tranche de 1,8M€ consiste principalement en la construction d’un nouveau restaurant. Après son déménagement, le restaurant actuel sera démoli pour laisser la place aux extensions de l’Aquarium à proprement parler. Cette première phase qui s’achèvera dans 8 mois permettra également le renforcement des berges et la préparation du terrain pour les constructions futures.
Seront ensuite lancés les travaux d’extension de l’Aquarium. A terme nous parlerons du Centre de la Mer de la Guadeloupe qui regroupera un aquarium rénové et étendu doté d’un bassin géant de 1,5 millions de litres. Mais aussi d’une salle de conférences, de nouvelles salles de cours pour l’Ecole de la Mer, d’un labo de recherche, d’une salle d’exposition et d’interprétation et d’un espace ludique pour les enfants et d’une base de départ pour les Seatour.

Rendez-vous fin 2015 pour l’ouverture du Centre de la Mer !

Plus d’infos sur www.aquariumdelaguadeloupe.com
Rédacteur : Philippe GODOC - p.godoc@gmail.com

2
Fonds bleu

Le Fonds Bleu : le fonds de dotation pour l’environnement aux Antilles Guyane.

Sous l’impulsion de Philippe GODOC, directeur de l’Aquarium de la Guadeloupe, il a été créé le fonds de dotation Fonds Bleu, destiné à financer ou à participer au financement d’actions environnementales.

Calqué sur les « endowment funds » anglo-saxon, et institués par la loi de modernisation de l’économie (LME) du 4 août 2008 (Art. 140), les fonds de dotation sont des personnes de droit privé à but non lucratif constituées pour collecter des dons qui leur sont consentis afin de financer une œuvre ou une mission d’intérêt général et/ou celle d’un autre organisme sans but lucratif.

Hybride entre l'association loi de 1901 et les fondations, les fonds de dotation offrent des avantages fiscaux pour les donateurs.

Pour son fonctionnement, le Fonds Bleu s’est doté de deux instances décisionnaires. Tout d’abord, un comité d’experts appartenant au monde scientifique, de l'éducation, associatif et de professionnels de l’environnement. Il a en charge d’analyser et de choisir les actions les plus pertinentes en vue d’un soutien financier.
Un conseil d'administration est lui constitué de personnalités appartenant au monde de l'entreprise, des chambres consulaires et de syndicats patronaux. Il a en charge le contrôle des dépenses du fonds, son bon fonctionnement et le contrôle de légalité. Ce projet a reçu le meilleur accueil de la part du monde de l’entreprise guadeloupéen. La Présidente de la CCI des Iles de Guadeloupe, Madame Colette KOURY, et le Président de l’UDE MEDEF, Monsieur Willy ANGEL, sont de précieux soutiens du Fonds Bleu.

Le Fonds Bleu finance des projets environnementaux proposés par des associations loi 1901.
Permettre à des entreprises locales d’aider des associations locales à œuvrer pour l’amélioration de l’environnement local semble être une idée qui fait son chemin. De nombreuses entreprises ont déjà répondu favorablement au Fonds Bleu. Canalsat, CMA CGM, La Marina de Pointe à Pitre (TAV), l’Aquarium de la Guadeloupe, Le Zoo de Guadeloupe, Destreland, Yacht Club de Jarry, Antilles Imprimerie (…) sont les premiers mécènes.

Ainsi, Canalsat a participé en décembre 2012 au financement de la Route du Corail 2012. Le programme de suivi de l'état de santé des récifs coralliens a été cette année décliné dans le cadre de l'opération "Route du Corail", qui a consisté à faire le tour à la voile des sites de suivi mis en place ces dernières années par l’association Reef Check.

Plus d’infos sur www.fondsbleu.org
Rédacteur : Mariane AIMAR - mariane@fondsbleu.org

Ecole de la mer Guadeloupe

Journée Régionale de nettoyage des fonds
sous-marins, du littoral et des rivières de Guadeloupe.

Après deux annulations en raison du mauvais temps, la journée Régionale de nettoyage a enfin eu lieu le 25 novembre !!! Les bénévoles sont restés très motivés et plus de 1200 personnes ont nettoyé le littoral, les rivières et les fonds marins. Sans oublier les enfants qui ont activement participé et pourront dans les prochains jours profiter de plages agréablement propres. Plus de 280 élèves se sont munis de sacs et de gants sur la commune de Malendure !
Les résultats de l’opération seront bientôt connus mais une première estimation fait état de 200 m3 de déchets récoltés sur 16 communes participantes.
Un grand merci à tous les acteurs de la préservation de notre patrimoine naturel comme les clubs de plongée, d’apnée, les associations de protection de l’environnement, les associations de marins-pêcheurs, les communes et autres collectivités, les particuliers, les scolaires et les différentes administrations qui ont permis de mener à bien cette opération.
Cette journée Régionale de nettoyage est renouvelée depuis 8 ans dans le cadre du programme IFRECOR (Initiative Française pour les REcifs Coralliens) sous l’égide de la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL).
L’objectif est de réduire l’impact des déchets sur les récifs coralliens. Nous n’avons plus qu’à espérer que ces déchets se fassent rares et que cette journée disparaisse. Mais pour le moment nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine !
Nous tenons à remercier bien évidemment nos partenaires techniques et financiers : Direction de l’environnement, de l’Aménagement et du Logement, Conseil Régional de la Guadeloupe, Port Autonome de la Guadeloupe et Comité du Tourisme des Iles de la Guadeloupe. Pour plus de renseignements, contacter l’Ecole de la Mer à l’Aquarium de la Guadeloupe.

Plus d’infos sur www.ecoledelamerguadeloupe.org
Rédacteur : Céline RAT - ecolemer@orange.fr

Planugwa 2012 : mission réussie !

Pour la 4ème année consécutive, la mission Planugwa « Ponte des coraux » a eu lieu à l’Aquarium de la Guadeloupe.
Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme IFRECOR (Initiative Française pour les Récifs Coralliens) sous l’égide de la DEAL (Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement).
Le constat est sans appel : en 2011, 60 % des récifs coralliens sont menacés dans le monde. Face à cette situation les scientifiques veulent réintroduire le corail en cultivant des larves in vitro, un pari audacieux et délicat…. Mais en très bonne voie !
Cette année, l’Aquarium de la Guadeloupe a reçu des scientifiques, des plongeurs et des techniciens de métropole, de Martinique et de la Guadeloupe.
L’objectif ? Récolter des gamètes lors de la ponte qui a lieu une fois par an, et parvenir à la fixation de petits polypes capables de fabriquer leurs squelettes calcaires pour devenir de véritables petits coraux.
Pari réussi ! Une observation des tuiles de fixation au mois de décembre a révélé la présence de petits polypes de coraux présentant un squelette calcaire bien formé !
Les techniciens de l’Aquarium de la Guadeloupe mettent tout en œuvre pour les maintenir : nourrissage quotidien, entretien des bassins….
Nous vous tiendrons informés de l’évolution de nos nouveaux petits coraux durant les prochains mois ! Un grand merci à nos partenaires financiers : la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, le Conseil Régional de la Guadeloupe etle Port Autonome de la Guadeloupe.

Plus d’infos sur www.ecoledelamerguadeloupe.org
Rédacteur : Céline RAT - ecolemer@orange.fr

Stages « Mer et Découverte » avec l’Ecole de la Mer

A chaque période de vacances scolaires, l’association Ecole de la Mer propose d’explorer le monde sous-marin avec vos enfants. Basée à l’Aquarium de la Guadeloupe, elle permet aux plus jeunes de découvrir le monde marin par des activités ludiques et pédagogiques, avec des professionnels.
Aux vacances du mois d’octobre, les enfants ont été pris en charge par l’animatrice de l’Ecole de la Mer. Ils ont commencé la semaine de stage par un atelier « les animaux en danger ». Il s’agissait de leur faire prendre conscience que tous les animaux marins qu’ils mangent sont en danger et qu’il y a des règles à respecter pour éviter leur disparition. Puis ils ont eu l’occasion de toucher certaines espèces : étoile de mer, concombre de mer, oursin...

Ils ont ensuite été guidés lors de la visite de l’Aquarium. Chaque jour de la semaine, différents thèmes ont été abordés, en salle pédagogique et lors de la visite guidée, pour décrire aux enfants la fragilité des écosystèmes et des animaux qui y habitent. Après la pause du déjeuner, les enfants ont été équipés de combinaison, gilet, palmes, masque et tuba. Le moniteur a veillé à l’embarquement et a expliqué, dans le plus grand silence, les règles de sécurité.

Après plusieurs minutes de navigation traversant le lagon, en passant par la Mangrove, le groupe est arrivé à la barrière de corail de Grand Cul-de-sac Marin, une des plus grandes barrières des Petites Antilles. Tout le monde à l’eau pour une découverte des animaux qui peuplent cet écosystème. Le lendemain, c’est une épave qui a été visitée et décrite par le moniteur. Chaque jour de la semaine, un site différent a été l’occasion de présenter aux enfants les richesses des fonds sous-marins de la Guadeloupe. Pour finir la semaine, les enfants ont fait leur baptême de plongée.
Les enfants sont devenus de vrais éco-citoyens marins et ont ramené à la maison les règles de protection de la mer, ainsi que de beaux souvenirs.

Plus d’infos sur www.ecoledelamerguadeloupe.org
Rédacteur : Aude BERGER - ecolemer@orange.fr

Seatour

Nouvelle alliance touristique

Mercredi 14 novembre 2012, fut le lancement de la saison 2012-2013 pour les bateaux de croisière en Guadeloupe. Ce fut aussi la « première » d’un nouveau partenariat entre ces navires de luxe et l’Aquarium de la Guadeloupe avec ses SEATOUR.
Un travail conjugué du PAG (Port Autonome de la Guadeloupe), du CTIG (Comité du Tourisme des iles de Guadeloupe) et de l’Aquarium aura permis cette nouvelle alliance touristique. C’est donc avec le « Brilliance of the Seas » et ses 3000 passagers, majoritairement Américains, que le terminal de croisière de Pointe-à-Pitre est monté en effervescence de 8h à 16h30 ce mercredi 14 novembre.
Une escale Guadeloupéenne de 8h30 a permis à des milliers de croisiéristes de découvrir la Guadeloupe sous différents angles.
Dès la descente du navire, des dizaines de bus attendaient le flux de passagers ayant réservé à bord leur excursion. Destination : les Chutes du Carbet, le Jardin de Valombreuse, la distillerie Longueteau, la Pointe des Châteaux et bien sûr la barrière de corail du Grand Cul-de-sac marin avec les SEATOUR de l’Aquarium.
Les 2 bateaux de l’Aquarium, Carambole et Ecolo, ainsi que 4 moniteurs de plongée étaient monopolisés pour cette première. Une place à quai au terminal de croisière nous était réservée afin d’embarquer directement nos 30 « snorkelers » (randonneurs subaquatiques). 28 Américains et 2 Porto Ricains composaient les deux groupes.
9h00, direction la Rivière Salée pour découvrir la mangrove puis la barrière de corail de l’ilet Fajou, en palmes, masque, tuba.
Les conditions de mer étaient idéales : ni vent, ni vague. Et comme d’habitude, la magie a opéré. Les mystérieux palétuviers dévoilaient leurs racines aériennes avec leurs huîtres et leurs crabes. Les étoiles de mer étaient au rendez-vous et tapissaient toute une zone de la mangrove. Sur la barrière de corail, des centaines de chirurgiens bleus et noirs venaient parader devant les masques, deux belles raies pastenague faisaient aussi leur show, tandis que les demoiselles à queue jaune brillaient de tous feux.
A la sortie de l’eau, tous étaient enchantés par ce spectacle subaquatique et étaient prêts à se remettre à l’eau. La pause sur l’ilet Caret pour le petit « drink » a encore conquis le groupe. Comment résister au charme de cet ilet paradisiaque ?
13h00, retour au navire, mission accomplie. Un bilan très positif pour cette première sortie avec les croisiéristes. Pourvu que ça dure !
Cette saison, nos SEATOUR accueilleront les passagers de 4 grands navires (Brilliance of the Seas de RCCL, Poésia et Lirica de MSC et Voyage of Discovery), sur lesquels nos SEATOUR sont vendus directement aux passagers. Au programme, 34 escales jusqu’au 10 avril 2013.

Plus d’infos sur www.seatour.fr
Rédacteur : Romuald MAMADOU - ecotouraquarium@gmail.com

IGRECMer

Expérimentations Zoé

Depuis longtemps, l’Homme tente de compenser les atteintes à la nature dont il est responsable. C’est ainsi qu’il replante des forêts, qu’il repeuple des rivières, qu’il relâche du gibier ou qu’il réintroduit des espèces disparues. En Guadeloupe, une équipe de chercheurs et de techniciens regroupée au sein d’IGREC Mer (Initiative Guadeloupéenne pour la Restauration des Ecosystèmes Marins) travaille à la reproduction des coraux in vitro (opérations PLANUGWA) et au bouturage et à la germination de phanérogames (herbes à tortues) en bassin. IGREC Mer gère également le centre de soins des tortues marines de Guadeloupe installé à l’Aquarium. Ces expériences ont pour but de réintroduire ces espèces sur des sites dégradés. IGREC Mer s’intéresse à une nouvelle technique prometteuse appelée la P.C.C.

La P.C.C., acronyme de « Post-larval Capture and Culture » (capture et élevage de postlarves), est une technique développée depuis une dizaine d’années qui consiste à capturer puis à élever des postlarves de poissons. La postlarve est le dernier stade larvaire des poissons avant leur retour et leur colonisation du récif. Les larves de poisson qui naissent dans les lagons migrent vers le large afin d’échapper aux prédateurs. Ils vivent ainsi en pleine mer pendant plusieurs semaines avant leur retour vers la côte.

La technique consiste à prélever une faible proportion de ces postlarves durant leur phase de retour avant que l'énorme majorité d'entre elles (plus de 95%) ne disparaisse par prédation naturelle ou manque d'habitat. Elles constituent une ressource naturelle très abondante, diversifiée et inexploitée. Les postlarves capturées sont ensuite mises en élevage pour atteindre le stade de juvéniles.

Les applications pour les poissons issus de ce type d’élevage sont nombreuses : la production de poissons de chair destinés à l’aquaculture et à la consommation (aucune espèce locale produite en Guadeloupe à ce jour) ; l’utilisation comme un outil de régénération des stocks de poissons sauvages par des relâches dans des zones lagonaires dégradées ou soumises à une forte pression de pêche ; l’étude scientifique de certains traits de vie des poissons collectés. Les travaux menés permettraient de mieux connaître la dynamique des populations de poissons récifaux.

Ces expérimentations ont comme nom Zoé. Une première mission de pré diagnostic (Zoé I) s’est déroulée du 11 au 19 octobre dernier (Cliquez ici pour voir le compte rendu). Cette 1ère phase a été cofinancée par la DEAL Guadeloupe, IFRECOR, l’Aquarium de la Guadeloupe et Guadeloupe Port Caraïbes.
Après cette étape, 2 années seront nécessaires pour acquérir et adapter les techniques de la P.C.C. à la Guadeloupe (Zoé II). L’ambition d’IGREC Mer est ainsi d’évaluer les applications de ce procédé à la restauration des écosystèmes et à l’économie locale et régionale, et de proposer des solutions aux décideurs locaux et aménageurs.

Ces techniques seront une corde de plus en faveur de la sauvegarde de l’environnement marin, à coté des réserves, des cantonnements de pêche et des pratiques vertueuses dans la gestion de nos déchets, polluants et eaux usées. Rappelons que les mesures d’évitement sont toujours préférables et bien moins onéreuses que les actions de réparations.

Protéger est un devoir, réparer une exigence.

Plus d’infos sur www.aquariumdelaguadeloupe.com
Rédacteur : Philippe GODOC - p.godoc@gmail.com

footer